Willy Ronis / Ce jour là

 

« J’ai la mémoire de toutes mes photos, elles forment le tissu de ma vie et parfois, bien sûr, elles se font des signes par-delà les années. Elles se répondent, elles conversent, elles tissent des secrets. »

Ce propos signé Willy Ronis est une parfaite introduction à son livre paru aux Éditions Folio « Ce jour là ». Petit livre formidable qui permet de mieux comprendre l’approche du photographe et les émotions qui le traversent lorsqu’il décide de déclencher son appareil pour capturer l’instant.

Willy Ronis a sélectionné une cinquantaine de photographies capturées lors de ses nombreuses virées dans les rues de Paris et sur les bords de la Marne. En regard de chacune d’entre elles, le photographe a écrit un court texte, racontant son histoire, ses réflexions concernant la composition mais aussi les émotions qui le guidaient au moment de déclencher.
Avec un talent de conteur certain, il nous embarque en douceur et nous invite à voyager à l’intérieur de ses photographies.

A plusieurs reprises, le photographe parle et décrit avec justesse le temps où il se laisse imprégner par l’environnement, l’histoire qui se déroule devant lui et le moment où il décide d’appuyer sur le déclencheur.

« Le moment où je choisis de prendre une photo est très difficile à définir. C’est très complexe. Parfois, les choses me sont offertes, avec grâce. C’est ce que j’appelle le moment juste. Je sais bien que si j’attends, ce sera perdu, enfui. J’aime cette précision de l’instant. »
« Il y a parfois des moments qui sont si forts que j’ai peur de les tuer en faisant une photo. »

Comme tout bon photographe, Willy Ronis, sait observer, scruter, analyser, attendre, patienter avant de saisir l’instant, le bon moment. Mais il sait également profiter de l’instant présent et des émotions qui s’offrent à lui.

« En général, je ne change rien à ce qui se passe, je regarde, j’attends. Simplement,à chaque photo, je suis impressionné par une situation, et j’essaie de trouver la bonne place où pouvoir placer mon instantané, pour que le réel se révèle dans vérité la plus vive. Il y a un vrai plaisir à trouver la place juste, cela fait partie de la joie de la prise de vue, et c’est quelquefois aussi un tourment, parce qu’on espère des choses qui ne se passent pas ou qui arriveront quand vous ne serez pas là. »

Comme bon nombre de ses confrères, Willy Ronis fut confronté à plusieurs reprises à une utilisation non autorisée de ses images, ou pour lesquelles il n’avait pas donné son accord de publication.

« Une photo n’est pas un parpaing avec lequel on peut construire n’importe quoi. Je me sens entièrement responsable de l’utilisation de mes images. »
Willy Ronis - Ce jour là

Amoureux du Pont des Arts – 1957

Willy Ronis - Ce jour là

Le mineur silicosé – 1951

Willy Ronis - Ce jour là

Le petit parisien – 1957

Willy Ronis - Ce jour là

Le vigneron de Cavignac en Gironde – 1945

About the Author

Pierre Emmanuel FaivreView all posts by Pierre Emmanuel Faivre >
Fondateur de l'agence de Design Regliss.com et directeur de création.